• Le Qi gong, une activité complète visant à créer l’harmonie entre le corps et l’esprit

    Déstressant, tonifiant, équilibrant, renforçant le système immunitaire…autant de qualificatifs pour définir le Qi gong. Pendre soin de soi est une donnée essentielle dans notre monde moderne.  

    Nous devons donc préparer et renforcer notre organisme pour affronter le quotidien et en suivre le rythme souvent soutenu, dès le plus jeune âge, mais aussi tout au long de notre existence, notamment lorsque nous vieillissons, pour nous permettre de rester actifs physiquement et mentalement.Le-Qi-gongComment définir le Qi gong ?  

    « Qi » (prononcer « Chi »), mot chinois, est le plus souvent traduit par « énergie interne ». Ce terme désigne également la circulation du souffle dans le corps.   

    « Gong » (prononcer « Kung ») représente le temps consacré à un exercice (de gymnastique, mais aussi de cuisine ou de musique). C’est ce terme que l’on retrouve dans l’expression qui désigne les arts martiaux chinois : « Kung fu ».   

    Le Qi gong est donc un travail sur l’énergie interne, basé sur la respiration, utilisant des postures et des mouvements lents pratiqués debout, assis ou couché. Il ne nécessite ni tenue, ni aptitude particulière.   

    Taï chi chuan et Qi gong  

    Ces deux arts internes chinois utilisent le corps et travaillent sur la lenteur, la détente, la respiration et l’harmonisation du Qi. Qu’est-ce qui les différencie et pourquoi choisir l’un plutôt que l’autre ?   

    Tout d’abord, le Qi gong est très proche du yoga indien (l’union des énergies), qui en est d’ailleurs en partie à l’origine : postures statiques, enchaînements très courts exécutés en général lentement, mais aussi quelquefois rapidement.  

    Les techniques de respiration pratiquées sont variées : respiration haute, respiration inversée… Il permet aussi de se concentrer sur les sons et sur la visualisation de couleurs.   

    Enfin, la principale différence entre le Qi gong et le Taï chi chuan réside dans le travail sur un organe ou sur un méridien spécifique.   

    L’énergie y est amenée directement ; il est très « actif ». C’est une des raisons pour lesquelles certains Qi gong doivent être pratiqués sous le contrôle de professeurs qualifiés et capables de rattraper les surcharges d’énergie.   

    A l’inverse du Qi gong, le Taï chi chuan est un art martial (le Qi gong n’en est pas un, même s’il prend parfois des formes martiales : chemise de fer, par exemple.)   

    Il consiste en un enchaînement de techniques plus ou moins long (certains durent plus d’une heure), basé sur l’harmonie entre le souffle et le geste, exécuté lentement.   

    Chacun de ces mouvements comporte une ou plusieurs applications martiales. Il peut donc se pratiquer avec un partenaire.   

    Il convient de rappeler que le Taï chi chuan est considéré comme un Qi gong en mouvement du fait du massage provoqué sur les organes internes grâce à la respiration profonde.   

    Plus « généraliste » que le Qi gong, ses effets sont plus longs à se faire sentir. Cette pratique est aussi plus douce puisque l’énergie circule dans la totalité du corps et permet ainsi à tous les organes d’en profiter à chaque fois.   

    En réalité, rien n’interdirait de pratiquer les deux disciplines, l’une « généraliste » et martiale (Taï chi chuan), l’autre « spécialiste » (Qi gong). En fait, il s’agit davantage d’une question de temps, l’un comme l’autre nécessitant d’y consacrer une durée de pratique régulière.   

    Quelle différence entre le Qi gong thérapeutique et le Qi gong martial ?  

    En thérapie, le souffle énergie est dirigé par le mental vers un organe ou vers les méridiens correspondants, c’est en général un travail en « profondeur ».   

    En revanche, au niveau martial, l’ensemble du travail est orienté vers le tonification, l’assouplissement et la résistance du corps afin d’être efficace, sportivement parlant.   

    Toujours associé à la respiration et au mental, le souffle énergie est conduit par le mouvement plutôt en « surface » du corps.   

    Dans le premier Qi gong, on prévient la maladie, tandis que dans le second, on prévient les blessures.   

    Leurs points communs sont la lenteur, la détente, la souplesse et la respiration profonde. L’ensemble de ces méthodes travaille sur ces trois aspects indissociables : corps, esprit et respiration.   

    En résumé, les Qi gong thérapeutiques ont pour vocation de tonifier le corps ou un organe : leur but est essentiellement préventif. Dans certains cas spécifiques, et toujours associés à un suivi médicale et à une pharmacopée, ils contribuent au renforcement, en vue de la guérison.   

    Les Qi gong martiaux quant à eux travaillent sur la fortification du corps en général ou d’une partie.   

    Votre adresse email ne sera ni divulguée ni louée ni vendue.

    Vous aimez cet article ! faites-le savoir :

    Un commentaire a été rédigé, ajoutez le votre.

    1. Rétrolien: Le Qi gong, une activité complète...

    Les commentaires sont fermés.